Bouger Hip | Hop

Êtes-vous trop gentille… avec vous?

On parle souvent de tolérance, de lâcher prise, d’acceptation. D’être plus douce avec soi-même, de ne pas se casser, de ne pas se forcer non plus, de s’aider, se supporter, plutôt que de se diminuer.

Et si au final, vous étiez trop gentille avec vous-même? Et si parfois, vous auriez besoin d’un petit coup de pied aux fesses, et non d’une énième excuse pour prendre tout trop molo?

Tout est d’abord et avant tout une question de routine. On s’installe confortablement dans ses vêtements de sport, on se pose sur son tapis de yoga, on va jogger aux mêmes heures. On remplit son assiette de fruits et de légumes, on boit de l’eau, on essaie de marcher plus souvent, de faire ces petits changements qui nous coûtent une minute ou deux au compteur.

On s’enlise aussi. On s’enlise dans les habitudes, on ne pousse plus une fois un plateau atteint, on se trouve une excuse puis une autre quand toute la vie semble nous peser sur les épaules. On valse entre le défi et la paresse, entre l’envie et le besoin, entre le naturel et l’inné, quand on est fière de soi pour un entraînement particulièrement difficile qu’on a fini par finir, et un nouvel horaire sportif qui ne nous plaît pas du tout, qui rentre mal dans l’agenda.

Je le remarque de plus en plus une fois les fameux 21 jours passés. Quand on se dit que 3 semaines suffisent à instaurer un bon rythme, à lancer la machine, à ancrer de bonnes bases. C’est là où ma motivation du début flirte avec des obstacles qui parfois – souvent – pourraient facilement être tassés.

Ce n’est pas tout de s’écouter, et ce n’est pas non plus essentiel de se pousser. C’est un art après tout, d’arriver à allier courage et vigueur, de savoir écouter sa petite voix quand on doit vraiment s’arrêter, et quand il faut continuer encore un peu. Je pense que dans tout bon équilibre, il y a une part d’attention, et une part de confiance. Sachez quand prendre une pause, mais sachez aussi quand vous êtes le cause de votre démotivation. Plus on prend soin de son corps, plus il est facile de l’écouter. Plus vous connaîtrez votre rythme, plus ce sera simple et facile de le suivre.

Êtes-vous trop gentille, ou pas assez envers vous-même?

Écrit par

Catherine avait besoin d'une pause. Entre sa propre entreprise, sa vie mouvementée et ses 1001 projets, elle rêvait d'un espace où relaxer, où trouver l'équilibre, où se ressourcer. hiphiphip est donc devenu naturellement son petit oasis de mieux-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *