Découvertes Défis Hip | Miam Hip | Top chrono

Sans sucre : 1 mois plus tard

Hola, hola!

Je viens donc de terminer le premier mois du défi I Quit Sugar. J’avais déjà fait le challenge au printemps dernier, où j’avais eu pas mal de difficulté à bien me lancer + à « survivre » au premier mois – j’ai toujours eu la dent très, très, très sucrée, et le simple fait de penser à tous les treats que je ne pourrais plus manger me rendait pas mal déprimée.

MAIS, cette période est complètement révolue, parce que les 4 dernière semaines ont été pas mal géniales, autant sur ma volonté que sur mon moral & mon énergie.

On fait le topo ensemble?

1 mois sans sucre

Semaine #1

La première semaine s’attaque principalement à tout ce qui touche le dessert (bouuuuh, ahah). Ici, on coupe complètement les pâtisseries, les bonbons, le caramel, le chocolat, les sodas, le sucre blanc (dans le café, le thé), bref, tout ce qui est relié de près ou de loin au sucre ajouté. Évidemment, tout ce qui contient du sirop de maïs est out of the picture. Pour combler les manques (chocolat + pâtisseries dans mon cas), j’ai fait le plein de fruits de toutes les façons imaginables : en smoothies, en compotes, frais, séchés, etc.

Semaine #2

La deuxième semaine met le focus sur les bons gras. On garde les habitudes déjà prises à la première semaine, mais en ajout, on booste son alimentation de gras sains pour nous. Noix, avocats, produits laitiers complets (beurre, lait, fromage, yogourt – celui nature, out celui avec des saveurs)… le truc ici, c’est de remplacer les rages de sucre qui commencent à faire leur apparition par des snack riches en bons gras et en protéines. De cette façon, on comble l’appétit tout en nourrissant notre bonne volonté!

Semaine #3

Hop, hop! C’est le moment, et on se lance complètement cold turkey. Les fruits de toutes sortes (frais, séchés, compotes) et les légumes sucrés (tomates, patates douces, carottes, panais et betteraves) partent complètement. À ça, on ajoute les sauces (ketchup, sauce BBQ, épicée), les breuvages, et tout, tout, tout, tout ce qui est préparé et qui contient du sucre à travers les 5 premiers ingrédients. Pendant la troisième semaine, ce qui est important, c’est surtout de faire le plein de légumes, de bons gras (encore une fois) et de grains entiers. Buvez beaucoup d’eau aussi!

Semaine #4

Wouhouuuuu, vous êtes maintenant rendus à la 4e semaine, donc à la moitié du défi! On ne lâche pas tout ce qu’on a fait et appris durant les 3 premières semaines, mais aussi, on développe de nouvelles idées de collations pour combler les rages de snacks. C’est durant cette semaine-là que j’abuse du thé (le chaï est vraiment génial sur les envies de sucre!), de tartinades salées (hummus, pesto, tzatziki, tous faits à la maison) et de chips de kale. You got this!

Et évidemment, comment on se sent après 1 mois sans sucre?

La plus GROS changement que j’ai remarqué, après avoir fait disparaître le sucre graduellement, c’est que mon moral/énergie sont pas mal toujours stables. Habituellement, mon caractère se promène selon mes collations. Si je mange du sucre sous n’importe quelle forme, je deviens super heureuse, motivée, inspirée. Quand je n’apaise pas mes rages, hop, je deviens stressée, impatiente, fatiguée. Et ça, je le remarque 1000 fois plus maintenant que je me connais mieux, et que je connais mieux mes habitudes alimentaires. Autre truc super positif : tout goûte TOP bon. On dirait vraiment que mes papilles gustatives sont en révolution, et chaque aliment qui se retrouve dans mon assiette goûte toujours meilleur que ce dont je me souvenais… chaque aliment a son goût bien distinctif. Et quand on est aussi gourmande que moi = YESSIR.

Vous avez envie de tester le premier mois du défi vous aussi? Je vous conseille donc de mettre la main sur le livre I Quit Sugar, où vous aurez encore plus de conseils sur comment remplacer le sucre raffiné dans votre alimentation, et surtout avoir accès à plus de 100 recettes suuuuuuuuuuper délicieuses!

Je vous rejase de tout ça dans 4 autres semaines!

Écrit par

Catherine avait besoin d'une pause. Entre sa propre entreprise, sa vie mouvementée et ses 1001 projets, elle rêvait d'un espace où relaxer, où trouver l'équilibre, où se ressourcer. hiphiphip est donc devenu naturellement son petit oasis de mieux-être.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *